UN  PEU  D’HISTOIRE Le choix du thème des « gens de mer à l’Estaque » est une volonté de mettre à l’honneur ces corporations qui sont à l’origine du nom du « village » dont le nom signifie en provençal attache, donc l’amarre des barques et bateaux  cherchant à s’abriter du mistral sous les collines de la Nerthe. Le nombre de pêcheurs dans les années 60 était évalué à environ 70 professionnels. Aujourd’hui, il en subsiste deux seulement qui pratiquent cette activité.  De nombreux ont disparu et quelques uns sont encore en retraite. La plupart de ces hommes ont œuvré dans la prud’homie de pêche à ramender et à teindre les filets de coton ou de lin, pour les protéger du soleil et de l’eau de mer, dans une décoction bouillante d’écorces de pin et de chêne chauffée par un foyer à bois. Cet établissement était géré par un prud’homme logé à l’étage du bâtiment et un employé. C’était un des plus importants de la région. Les jeunes pêcheurs y travaillaient péniblement pour gagner un peu d’argent. L’arrivée des filets en synthétique dans les années 60 a provoqué la fermeture du chaudron, qui est resté jusqu’à ce jour dans l’état initial.  Actuellement il sert de local à l’association « voile impulsion ». Cette exposition programmée pendant les journées du patrimoine a permis la découverte de ce lieu  pour les plus jeunes et les touristes, mais aussi de faire resurgir avec beaucoup d’émotions les souvenirs pour les anciens de l’Estaque. Les toiles exposées sur le thème des « gens de mer » dans un décor authentique ont été réalisées sur une période de deux ans. Elles ont pour thème la vie des pêcheurs : les pratiques de pêche d’autrefois, la seinche au thon et au loup, le ramendage  des filets, le démaillage des sardines. Mon souhait le plus cher serait que cet endroit devienne patrimoine  et un lieu de rencontres culturelles et artistiques, pour le bien du village de l’Estaque. Voir l’article de Sensoussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *